L'Eglise nationale des Français à Rome

les manuscrits de saint-louis

vendredi 22 mai 2015

Toutes les versions de cet article : [English] [français] [italiano]


Le fonds de la bibliothèque des Chapelains de Saint-Louis des Français occupe deux salles au troisième étage de la communauté des prêtres, via Santa Giovanna d’Arco à Rome. Il s’agit d’une bibliothèque privée qui possède cependant un fonds relativement important composé d’un fonds moderne, récemment inventorié, d’un fonds d’imprimés anciens qui représente à peu près quinze mille volumes, d’une collection de gravures et d’un fonds de manuscrits d’environ deux cents pièces. Les livres qui sont aujourd’hui conservés dans la bibliothèque proviennent de diverses bibliothèques anciennes : le fonds le plus important est celui des oratoriens de Saint-Louis, installés dans les lieux entre 1624 et 1731. Leurs acquisitions ont été constantes et organisées durant toute la période et la plupart des belles éditions du XVIe siècle qu’on trouve dans le fonds vient du fonds des Oratoriens . Du côté des manuscrits, le fonds des Oratoriens contient un assez grand nombre de copies de documents datant pour l’essentiel des XVIIe et XVIIIe siècles, attestant de l’évolution des rapports entre la cour de France et la papauté. Les papiers qu’on y trouve rendent croyons nous possible une étude de la position des Oratoriens pendant cette période, et une évaluation des positions défendues par la congrégation dans l’affaire du quiétisme et par rapport aux thèses jansénistes. A ces deux premiers axes de recherche s’ajoute probablement un troisième qui chercherait à cerner les positions gallicanes de la congrégation et la façon dont ces positions ont été reçues et comprises à Rome. Outre les copies de documents officiels, le fonds des manuscrits oratoriens de Saint-Louis offre également des traces du séjour d’érudits appartenant à la congrégation, en particulier pour le XVIIIe siècle. Deux noms apparaissent particulièrement importants et pourraient faire l’objet de monographies en complétant les informations par celles disponibles dans le fonds des archives des Pieux Etablissemnts de la France à Rome et à Lorette. On connaît l’essentiel du parcours de Jean Bouget. Oratorien de la première moitié du XVIIIe siècle, arrivé à Rome sous la protection du duc Albani, il devient successivement titulaire de la chaire de grec et de celle d’hébreu au collège de la propagande de la foi. Sa carrière se déroule ensuite dans l’entourage du pape Benoît XIV dont il devient le familier. Il publie un lexicon hebraicum bilingue en 1737, ouvrage prisé des spécialistes, dont la bibliothèque de Saint-Louis conserve deux exemplaires. Avant ou pendant ces cours, il a pu entendre des cours de philosophie ou de logique à Rome et les manuscrits qui constituent des remarques sur la philosophie de l’histoire ou sur la logique cartésienne sont probablementdes notes de cours, prises à cette occasion. Il copie également, probablement sur des éditions imprimées deux exemplaires de la pastorale de Daphnis et Chloé, des lettres et un traité de Jean Chrysostome, et un exemplaire de Minutius Felix. On trouve en outre dans le fonds latin de la Bibliothèque aticane des remarques diverses sur les institutions grecques, encore inédites à ce jour à notre connaissance .